Nous contacter
   






Charles Joseph LAMEIRE (1832 – 1910)
     
Cliquez sur les liens ci-dessous pour voir les dossiers


 

Eglise de la Madeleine
20 feuilles principalement
sur calque



Eglise grecque
24 feuillesprincipalement
sur calque




Divers décors pour
des Hôtels particuliers
parisiens dont l'hôtel de Lauzun





 
 
     

Charles Joseph Lameire est né à Paris en 1832. Après une formation de décorateur, sa rencontre avec l’architecte Alexandre Denuelle va l’orienter vers la peinture ornementale. A 34 ans, Lameire présente au salon une dizaine de cartons pour son grand projet d’église modèle qu’il baptise le Catholicon, projet qui lui vaut une reconnaissance critique et publique. Sa rencontre avec l’architecte Gabriel Davioud le fait concourir au vaste projet de la basilique du Sacré Cœur de Paris, alors qu’il préparait déjà ses cartons pour la décoration de la cathédrale Saint Front de Périgueux. Ses grands projets ne seront finalement pas retenus, ce qui ne l’empêche pas de collaborer à la décoration de la Madeleine, à Paris, à la chapelle Saint Louis des Français de Loreto, à Notre Dame de la Garde et, bien sûr, à la basilique de Fourvière, à Lyon − ainsi que, plus modestement, à un grand nombre de chapelles publiques ou privées. Il faut également retenir ses décors de monuments civils (palais du Trocadéro, mairies, gares, etc.) comme ceux exécutés pour de grands hôtels particuliers. Il collabore aussi avec la Manufacture de Sèvres dont il est membre de la commission de perfectionnement, et pour laquelle il dessine le célèbre vase d’Hercule destiné à la grande galerie du Louvre.
  Charles Joseph Lameire est sans doute l’un des derniers grands peintres décorateurs religieux. Il meurt à Sainte-Foy-lès-Lyon en 1910.

Principaux travaux :

Paris
Palais de Justice : décoration de la grand chambre (ancienne chambre du Parlement), de la cour de Cassation,
de la chambre criminelle et de la galerie de Saint-Louis.
Palais du Trocadéro : grande frise des nations et décoration ornementale de la salle des fêtes.

Hôtels du duc de Camondo, de M. de Mirepoix, etc.

Province
Ornementation des  cathédrales de Quimper, Reims, Chalon, Moustiers, Moulins…
Grande salle de l'échiquier, à Rouen.
Grande salle de l'ancien Parlement de Bourgogne, à Dijon.
Musée lapidaire, à Niort.

On lui doit également les mosaïques de la coupole de Notre-Dame de la Garde, à Marseille, et celles du casino, à Aix-les-Bains, etc
.

Sources bibliographiques :
Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du 19ème siècle
E. Benezit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs.

Laurence Madeline, Charles Joseph Lameire, Mémoire de Maîtrise, Paris IV
Florence Amiot, Mémoire D.E.A d’histoire religieuse, Université Jean Moulin, Lyon III, 1989

Notes sur la conservation des dessins :
Certains dessins manquent de conservation (empoussièrement, mouillures, courtes déchirures, lacunes, faiblesse du papier, etc.) ; ils sont parfois montés sur des feuilles très défraîchies ou accusant, ici ou là, quelques traces de moisissure.